Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les degrés de plainte

Publié le par Umm Sâlih

Les degrés de plainte 

Ibn al Qayyim

 

terrefueille

 

L'ignorant se plaint d'Allah -soubhanahou wa taala- auprès des gens, ce qui est le summum de l'ignorance concernant Celui dont on se plaint et ceux à qui on se plaint. S'il avait connu son Seigneur, il ne se serait pas plaint de Lui, et s'il avait connu les gens, il ne se serait pas plaint auprès d'eux.

Un pieux prédécesseur vit un homme se plaindre auprès d'un autre de sa pauvreté et son besoin, et il lui dit : "Ô toi ! Par Allah, tu n'as fait que te plaindre de Celui qui te fait miséricorde auprès de celui qui ne te fait pas miséricorde."

On a aussi dit à ce sujet :

Si tu te plains auprès du fils d'Adam 

Tu te plains du Clément auprès de celui qui ne fait pas miséricorde 

 

L'homme savant ne se plaint qu'auprès d'Allah -soubhanahou wa taala-. Et le plus savant d'entre eux est celui qui se plaint auprès d'Allah de sa propre personne et non des gens. Il se plaint d'avoir [en lui] des choses permettant aux gens de le dominer, et cela est semblable à Sa Parole :

 

{Tout malheur qui vous atteint est dû aux péchés que vos mains ont commis. Et Il pardonne beaucoup.} [1]

 

{ Tout bien qui t'atteint vient d'Allah, et tout mal qui t'atteint vient de toi-même.} [2]

 

{Lorsqu'un malheur vous atteint - tandis que vous aviez infligé le double à vos ennemis- vous dites : "D'où vient ce malheur?"  réponds-leur : "Il vient de vous-mêmes [vos péchés]." } [3]

 

Il y a ainsi trois niveaux : le plus bas est que tu te plaignes d'Allah -soubhanahou wa taala- auprès des gens, le plus haut est que tu te plaignes de ta personne auprès d'Allah, et le niveau intermédiaire est que tu te plains de Ses créatures auprès de Lui.

 

 

 

Texte: Al-Fawâ'id - Les Méditations
Auteur: Ibn al Qayyim
Pages : 190-191
Edition: TAWBAH
Retranscritpion: Umm Sâlih

Site : www.rappel01.fr
Acheter le livre en ligne : www.daralmuslim.com

Voir les commentaires

Tu es mon allié ici-bas et dans l'au-delà

Publié le par Umm Sâlih

 Tu es mon allié ici-bas et dans l'au-delà
Ibn al Qayyim

mosquée2

Allah - `azza wa jall- mentionne le fait que son prophète Yûsuf -`alayhi as-salam- a dit:

{Tu es mon allié, ici-bas et dans l'au-delà. Fais-moi mourir en parfaite soumission et fais que je sois du nombre des vertueux.}
[1]

Cette invocation contient la reconnaissance de l'unicité d'Allah, la soumission au Seigneur, la manifestation du besoin éprouvé à Son égard, le rejet de toute alliance en dehors de la Sienne -soubhanahou wa ta`ala-, le fait que mourir en parfaite soumission est le plus noble des objectifs du serviteur et que cela est du ressort d'Allah et non du serviteur, la reconnaissance de la résurrection tout en demandant d'être en compagnie des bienheureux.

[1] Sourate Yûsuf v. 101

Texte : Al Fawaïd - Les Méditations
Auteur : Ibn al Qayyim
Édition : TAWBAH
Page : 409
Retranscription : Umm Sâlih
Site : www.rappel01.fr

Acheter le livre en ligne : www.daralmuslim.com

 

Voir les commentaires

La soumission et la fissuration des montagnes (pour Le Coran)

Publié le par Oumomeya

La soumission et la fissuration des montagnes (pour Le Coran)

Mahmud ibn Ahmad al-Dowsary

 

quran-2154

 

La valeur, la grandeur et la force d’incidence du Coran sont telles que, si on l’avait fait descendre sur une montagne douée de raison, à l’instar des humains, tu l’aurais vue-en dépit de son extrême dureté et solidité- se soumettre et se fissurer par crainte d’Allah. Comme Allah le Très Haut dit :


« Si Nous avions fait descendre ce Coran sur une montagne, tu l’aurais vu s’humilier et se fendre par crainte d’Allah » (al-Hashr, 21).


C’est-à-dire que la montagne aurait écouté les avertissements, et ses rochers se seraient fissurés tant elle aurait été ébranlée par la crainte d’Allah.


La soumission (khushu’) : C’est le fait de courber la tête et de s’incliner. C’est-à-dire, que tu la verrais poser son sommet sur le sol.


La fissuration : C’est le fait de se fendre. C’est-à-dire qu’elle tremblerait et se fendrait par crainte d’Allah le Très Haut. (Al-Tahrir wa al-tanwir, 28/104)


Comment se fait-il que vos cœurs ne se soumettent, ni se fendent par crainte d’Allah, alors que vous avez compris l’injonction d’Allah et que vous avez réfléchi sur Son Livre ? (Tafsir Ibn Kathir, 4/343-344)


L’intention, en produisant un signe, est de faire ressortir la grandeur du Noble Coran ; d’inciter à la méditation de ses sublimes exhortations, car personne n’a d’excuse à ce sujet pour ne pas s’acquitter du droit d’Allah le Très Haut en exaltant Son Livre et admonestant celui qui ne respecte pas ce Sublime Coran.

 


Titre: La Grandeur du Noble Coran
Auteur: Mahmud ibn Ahmad ibn Salih al-Dowsary
Pages: Page 35-36
Edition: daroussalam
Retranscription: Oumomeya

Site : www.rappel01.fr

Acheter le livre en ligne : www.daralmuslim.com

Voir les commentaires

La réalité du dhikr

Publié le par Oum_Chaïma

La réalité du dhikr

Ibn Al Qayyim

 

Dhikr.jpeg

 
Le dhikr, c'est le fait de se débarrasser de l'indifférence et de l'oubli. La différence entre l'indifférence et l'oubli, c'est que l'indifférence est une omission volontaire tandis que l'oubli est une omission involontaire. C'est pourquoi Allah a dit:
{Mentionne -udhkur- ton Seigneur en ton âme, avec humilité et crainte, et sans rien en manifester à haute voix, à l'aube et dans les moments de crépuscule, et ne sois point parmi ceux qui sont indifférents} (1).


Il n'a pas dit: "ne sois point parmi ceux qui sont oublieux", car l'oubli n'entre pas dans la catégorie des choses auxquelles le serviteur est assujetti pour qu'on puisse dire qu'il lui est interdit d'oublier.
 
Le dhikr comporte trois degrés:
 
Premier degré:
Il s'agit du dhikr apparent qui est sous la forme d'éloges ou d'invocations ou celui qui consiste à se rappeler qu'on est surveillé par Allah.
 
Deuxième degré:
C'est le dhikr subtil qui consiste à se délivrer des liens, à contempler [Allah] en permanence et à s'entretenir incessamment en secret [avec Lui].
Le dhikr subtil signifie ici le dhikr opéré par le coeur. Il est le fruit du dhikr du degré précédent.
Se délivrer des liens signifie se débarrasser de l'indifférence et de l'oubli.
 
Troisième degré:
Il s'agit du dhikr véritable qui consiste à laisser contempler ton évocation par le Réel -exalté soit-Il-, à te prémunir contre la contemplation suffisante de ton évocation de Lui et prendre conscience que celui qui continue à être fière [en matière de contemplation] avec son dhikr ne fait que prétendre qu'il pratique vraiment le dhikr.
Ce dhikr est qualifié de véritable parce qu'il est attribué au Seigneur -exalté soit-Il. Attribuer le dhikr au serviteur, c'est le Lui attribuer improprement. C'est donc le dhikr par Allah de Son serviteur qui consiste le dhikr véritable. Il s'agit en effet de la contemplation de la mention par le Réel -exalté soit-Il- de Son serviteur et qu'Il le mentionne parmi ceux qu'Il a élus et a qualifiés pour être proches de Lui et pour invoquer Son nom. Ainsi Il fait de lui Son "invocateur".
[Pour comprendre ce point, il faut savoir qu']Allah ne fait qu'invoquer Lui-même Son nom, car c'est Lui-même qui inspire à Son serviteur d'invoquer Son nom et qui le qualifie à le faire.
 
(1) Coran, al-a`râf,205.

 

Titre: Vers Allah - Résumé du Livre "Les voies des Itinérants" d'Ibn Qayyim Al-Jawziyya
Auteur: Ibn Qayyim Al-Jawziyya
Pages: Page 167 à 169
Edition: ALMADINA
Retranscription: Oum Chaïma

Site : www.rappel01.fr

Acheter le livre en ligne : www.daralmuslim.com 

Voir les commentaires

Ô mon seigneur ma difficulté est grande ...

Publié le par Ibn Djelaz

diifuculte.JPG

Voir les commentaires

Les bienfaits du lait

Publié le par Rappel01

Les bienfaits du lait

 

sPioE0zl-photo-lait-s-.png

D'après 'Abdullah ibn Mas'oud (radhiAllahu'anhu), le Prophète (sallallaahu 'alayhi wa sallam) a dit:
"Buvez le lait de vache! La vache mange de tous les types de végétaux, et le lait est un remède pour toutes les maladies."
 Collecté par Al-Hakim (#8274). Al-Albani l'a déclaré sahih dans Sahih Jami' As-Saghir (#4059). 

Et que celui à Dieu a permis de boire du lait dise: "Ô Seigneur, Place pour nous Ta bénédiction dans  (cette boisson) et accorde-nous-en davantage encore." (Rapporté par Tirmidhî) 

اللّهُـمَّ بارِكْ لَنا فيهِ وَزِدْنا مِنْه 


Allâhumma bârik lanâ fîhi wa zidnâ minhu.

Voir les commentaires

Celui qui ne vise que l'au-delà, Allah -`azza wa jall- lui suffit

Publié le par Umm Sâlih

Celui qui ne vise que l'au-delà,

Allah -`azza wa jall- lui suffit 

Ibn al Qayyim 

 

terrefueille.gif

Si le serviteur se couche et se lève en ne visant qu'Allah -`azza wa jall-, Celui-ci se chargera alors de pourvoir à tous ses besoins, portera pour lui tout ce qui le préoccupe, réservera son cœur à Son amour, sa langue à Son rappel, et ses membres à Son obéissance.


Mais s'il il se couche et se lève en ne pensant qu'à la vie d'ici bas, Allah -`azza wa jall- le chargera de tous les soucis, angoisses et malheurs de cette vie. Il le confiera à lui-même, occupera son cœur par l'amour des gens au lieu de Son amour, sa langue au rappel des gens au lieu de Son rappel, ses membres par les affaires des gens au lieu de Son obéissance. [Cet homme] travaillera donc comme une bête pour autre qu'Allah -`azza wa jall-, comme le soufflet de forge qui se gonfle puis expire tout ce qui se trouve en lui pour servir autrui. Ainsi, toute personne qui s'écarte de la servitude d'Allah, de Son obéissance et de Son amour, sera soumise à la servitude des créatures, leur amour et leur service.


Allah -`azza wa jall- dit :


{Et quiconque s'écarte du rappel du Tout Miséricordieux, Nous lui désignons un diable qui devient son compagnon inséparable.} [1]


Sufyan ibn `Uyaynah a dit : « Vous ne citerez aucun proverbe connu des arabes, sans que je ne vous en cite un exemple dans le Coran. » Un homme lui dit : « Et où est dans le Coran le proverbe : Donne à ton frère une datte, et s'il refuse, donne-lui une braise ? » Il répondit : « Dans Sa Parole : « Et quiconque s'écarte du rappel du Tout Miséricordieux, Nous lui désignons un diable qui devient son compagnon inséparable » ».


[1] Sourate Az-Zukhrûf, v.36.

 

Titre: Al-Fawâ'id - Les Méditations

Auteurs: Ibn al Qayyim

Pages:184-185

Edition: TAWBAH

Retranscription: Umm Sâlih

Site :http://www.rappel01.fr

Acheter le livre en ligne : www.daralmuslim.com 

Voir les commentaires

Le remède du malade par les visites qu'on lui fait

Publié le par Oum_chaïma

Le remède du malade par les visites qu'on lui fait

 

tendre la main
 
Le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- a dit :

 

"Tout musulman qui rend visite à un malade dont le terme n'est pas encore arrivé et dit sept fois:

" Je demande à Allah le Tout Puissant, le Seigneur du Trône immense de te guérir!"

(as'alou-llâha-l-'ad hîma rabba-l-'archi-l-'ad hîmi an yachfiyak)

ce malade se rétablira".
 
Rapporté par Ettermidhî et Abî Dâoud. Voir Sahîh Ettermidhî (2/210) et Sahîh El-Djâmi' (5/180)

 

Titre: Comment se protéger de la sorcellerie et du mauvais oeil
Auteur: Sa'id Ibn 'Alî ibn Wahf El-Qahtâni
Pages: Page 107
Edition: Universel
Retranscription: Oum Chaïma

Site : www.rappel01.fr

Acheter le livre en ligne : www.daralmuslim.com

Voir les commentaires