Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comment le malade accomplit-il la prière?

Publié le par Oum_chaïma

Comment le malade accomplit-il la prière?

Cheikhan Ibn Baz et Ibn Al Outhaymin


 Chambre.JPG
1. Il incombe au malade d'accomplir la prière obligatoire debout, même incliné ou appuyé contre un mur ou à l'aide d'un bâton.
 
2. S'il est incapable de se tenir debout, il accomplira la prière assis. Il est préférable de se tenir les jambes croisées en lieu et place de la station debout et de l'inclination.
 
3. S'il est incapable de prier assis, il le fera sur le côté dirigé vers la Qibla (1), le flanc droit étant favorisé. S'il est incapable de se diriger vers la Qibla, il priera dans la direction où il se trouve, sa prière sera valable et ne devra pas être refaite.
 
4. S'il est incapable de l'accomplir sur son flanc, il priera couché, les jambes dirigées vers la Qibla. Il est préférable de lever légèrement la tête pour se diriger vers la Qibla. S'il en est incapable, il priera dans son état sans devoir refaire la prière.
 
5. Il incombe au malade d'accomplir l'inclination et la prosternation durant la prière. S'il en est incapable, il les remplacera par un hochement de la tête en faisant en sorte que la prosternation bénéficie d'un hochement plus bas que celui de l'inclination. S'il est capable de faire l'inclination mais pas la prosternation, il hochera de la tête pour la prosternation. Et s'il est capable de se prosterner mais pas de s'incliner, il hochera de la tête pour l'inclination.
 
6. S'il est incapable de hocher de la tête ni pour l'inclination, ni pour la prosternation, il dirigera ses yeux en les fermant légèrement pour l'inclination et de manière plus accentuée pour la prosternation. Quant au signe fait du doigt comme font certains malades, cela n'est pas correct. Je n'y connais aucune source provenant du Livre, de la Sunna ou des propos des savants.
 
7. S'il est incapable de hocher de la tête ni de faire signe des yeux, il priera avec son coeur. Après avoir proclamé le Takbîr et récité le Coran, l'inclination, la prosternation, la station debout et assise seront accomplies par le coeur grâce à l'intention vouée à cet égard. A chacun son intention.
 
8. Si la maladie se trouve au niveau de ses yeux et que les médecins de confiance lui disent qu'il lui est possible de guérir s'il accomplit la prière couché et pas autrement, c'est ce qu'il devra faire.
 
9. Dès que le malade, durant même sa prière, est capable de se tenir debout ou assis, d'accomplir l'inclination, la prosternation ou de hocher de la tête - chose dont il était incapable- il devra le faire et continuer la prière.
 

10. Il incombe au malade d'accomplir chaque prière à son heure et de faire toute chose obligatoire dans la prière dont il est capable. S'il est trop dur pour lui d'accomplir chaque prière à son heure, il pourra regrouper al-Zuhr avec al-'Asr et al-Maghrib avec al-'Ishâ'. Soit chaque fois à l'heure de la première des deux prières - donc al-'Asr avancé à l'heure d'al-Zuhr et  al-'Ishâ' avancé à l'heure d'al-Maghrib. Soit chaque fois à l'heure de la seconde - donc al-Zuhr retardé jusqu'à l'heure d'al-'Asr et al-Maghrib retardé jusqu'à l'heure d' al-'Ishâ' - en fonction de la facilité qu'y trouve le malade. Quant à al-Fajr, aucune prière n'est regroupée à son heure, ni avancée ni reculée.

 

11. Si le malade s'endort ou autre sans accomplir la prière ou l'oublie, il lui incombe de la faire dès son réveil ou dès qu'il s'en souviendra. Il ne lui est pas permis de la retarder jusqu'à l'heure d'une prière similaire.

 

Le Prophète (sallalahou alayhi wa salam) dit: "Celui qui dort sans accomplir la prière ou l'oublie, qu'il l'accomplisse dès qu'il s'en souvient. Aucune expiation autre que celle-ci n'est due".

 

Il récita ensuite le verset suivant:

{... et accomplis la prière pour te souvenir de Moi}Coran, Tâ-Hâ : 14

 

12. Il n'est permis en aucun cas de délaisser la prière. Au contraire, il incombe à la personne responsable de veiller assidûment à accomplir la prière, d'autant plus dans la maladie qu'en bonne santé. Il n'est pas du tout permis de délaisser une prière obligatoire en sorte que son heure passe, même si l'on est malade, tant que l'on dispose de toute sa raison. Elle doit être accomplie, à mesure de la capacité dont on dispose, à son heure.

 

Si une personne ayant atteint l'âge de la raison et de la responsabilité religieuse délaisse volontairement la prière alors qu'elle dispose encore de toute sa raison et est capable de l'accomplir, même en hochant de la tête, un péché aura été commis. Une partie des savants considèrent qu'un tel acte est synonyme de mécréance car le Prophète (sallalahou alayhi wa salam) a dit:

"L'engagement qui nous différencie d'eux (2) est la prière. Quiconque la délaisse devient mécréant".

 

Il (Sallalahou alayhi wa salam) dit également:

"Le fondement de toute chose est l'Islam, son pilier est la prière et son apogée est le combat pour la cause d'Allah".

 

13. Si le malade quitte le pays pour se soigner, il raccourcira la prière de quatre unités. Ainsi, al-Zuhr, al-'Asr et al-'Ishâ' deviennent des prières à deux unités jusqu'à son retour chez lui, que son séjour soit long ou court.

 

Telles sont quelques spécificités propres au malade quant à sa purification et sa prière.

 

(1) En direction de La Mecque, NDT.

(2) Il est question des hypocrites.NDT.

 

 

Titre: La purification & la prière du malade
Auteurs: Cheikhs Ibn Bâz & Ibn al-'Uthaymîn
Pages: Page 21 à 27
Edition: Al-Hadîth
Retranscription: Oum Chaïma
Site : www.rappel01.fr

Acheter le livre en ligne : www.daralmuslim.com

Commenter cet article