Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La règle « La critique prime sur l’éloge » est-elle absolue ou non ?

Publié le par Ibn_djelaz

La règle « La critique prime sur l’éloge » est-elle absolue ou non ?

 

Cheikh Al-Louwayhiq

juse_milieu.png

 

 

A propos de cela[c’est-à-dire : les querelles et les rancunes entre les savants*], l’imam Adh-Dhahabi –rahimaoullah- a dit : « Nous ne prétendons pas que les savants de la récusation et de l’agrément (Al-Jahrou wa At-Ta’dil) soient exempts de la moindre erreur, ni de sévérité dans les propos envers celui pour lequel ils ont de l’inimité et de la rancune. Et il est certes connu que la parole des savants contre d’autres savants n’a pas d’importance, notamment si l’homme a été honoré par un groupe de savants objectifs ». (Syar a’lam an-noubala »(40-41/7))

 

Voilà donc là quelques faits qui montrent que des savants peuvent parler contre certains d’entre eux, sans science, ni équité, mais plutôt par passion, discrimination et injustice. Retiens donc cette règle importante : « les paroles des savants contre d’autres doivent être oubliés et ne pas être rapportés »et ne la réfute pas avec cette autre règle : « La critique prime sur l’agrément »car cette dernière n’est pas absolue.

 

At-Taj As-Sabki –rahimaoullah- a dit : « Méfies-toi, méfies-toi de comprendre leur règle : « La critique prime sur l’agrément » comme étant absolue ; mais la vérité est que celui dont l’honorabilité et l’imamat ont été approuvés, que ceux qui font son éloge sont nombreux, que ceux qui le critiquent sont rares et qu’il existe un indice qui indique que la cause de la critique est le fanatisme pour l’école [juridique] ou autre, alors cette critique n’est pas prise en considération ».(Tabaqat ACh-Chafi’iya (188/1)

 

Et il a dit : « Nous t’avons enseigné que la critique n’est pas accepté, même si elle est détaillé vis-à-vis de celui dont les obéissances surpassent les désobéissances, celui dont ceux qui font son éloge sont supérieurs en nombre à ceux qui le dénigrent, celui dont ceux qui l’approuvent sont supérieurs en nombre à ceux qui le critiquent, et s’il existe une concurrence de la vie d’ici-bas comme cela se passe entre des concurrents ou autres ; Ainsi donc, nous n’accordons

 

aucune considération à la parole d’Ath-Thawri et d’autres, contre Abu Hanifa,

 

ni à celle d’Ibn Abu Dhi’b et d’autres, contre Malik,

 

ni à celle d’Ibn Ma’in contre Ach-Chafi’i

 

et celle de Al-Nasa’i contre Amhad Ibn Salih et bien d’autres.

 

Si nous avions fait précéder la critique, aucun des imams n’y aurait échappé, car tous les imams ont fait l’objet de dénigrement et ont été la cause de la perdition des damnés [qui leur causent du tort] ». (Tabaqat Ach-Chafi’iya (190/1).

 

 

[Rappel01 : * : il s’agit du sujet (querelles et rancunes entres les savants) abordée dans ce chapitredu livre)

 

[Source : « Comment se comporter envers les savants », Cheikh Al-Louwayhiq, Editions Assia, pp. 157/158]

Commenter cet article