Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Ruqya contredit-elle le fait de s’en remettre à Allah [At-Tawakkul] ?

Publié le par Ibn_Djelaz

La Ruqya contredit-elle le fait de s’en remettre à Allah [At-Tawakkul] ?

 

 

Question :

 

At-Tawakkul consiste à placer une confiance totale et sincère en Allah –te’ala- pour attirer le bien et repousser le mal, tout en utilisant les moyens licites requis. Avoir confiance en Allah –te’ala- sans utiliser les moyens nécessaires ne relève pas d’At-Tawakkul, mais plutôt une atteinte contre Allah- te’ala- et contre Sa Sagesse, béni soit-Il, car Allah –Le Très-Haut- a instauré pour chaque effet, une cause. La question est donc :

 

Qui est celui qui s’en remet le plus à Allah ?

 

Réponse :

Celui qui s’en remettait le plus à Allah était le Prophète –sal Allahu ‘aleyhi wa salam-. Et bien entendu, il utilisait les moyens nécessaires pour se prémunir contre le mal.

 

Quand il –sal Allahu ‘aleyhi wa salam- sortait pour la guerre, il mettait sa cotte de maille pour se protéger contre les flèches et les lances. Il en a même mis deux, durant la bataille d’Uhud, pour prévenir ce qui pourrait arriver. Par conséquent, utiliser des moyens nécessaires n’est pas en contradiction avec le fait de s’en remettre à Allah –te’ala- à condition que l’homme croie que ce ne sont pas que de simples moyens, sans effets, si ce n’est avec la permission d’Allah.

 

Donc, la lecture du Coran sur soi-même ou sur les souffrants parmi les frères malades ne contredit pas le fait de s’en remettre à Allah, car on rapporte de manière authentique que le Prophète –sal Allahu ‘aleyhi wa salam-, pratiquait Ar-Ruqya sur lui-même en lisant les Sourates « L’Aube naissance » [Al-Falaq] et « Les Hommes » [An-Nas], et il faisait de même sur les souffrants parmi ses compagnons.

 

Et Allah, Seul, détient le savoir absolu.

 

Sources : Fatwas du traitement par le Coran et la Sounna, op. cit. pp. 15.

Fatwa du Cheikh Ibn Al ‘Outhaymin, Recueil de Fatwas sur l’exorcisation légale (Ruqya) du dr. Khaled Ibn ‘Abd Ar-Rahman Al-Jeraissy

Commenter cet article