Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le mariage et ses conditions légales

Publié le par Ibn_Djelaz

Le mariage et ses conditions légales

Cheikh Salih Ben Ghanim As-Sadlan

 

[…]

 

Présentation :

 

-         La raison de la légalité du mariage

 

-         Le mariage est une des traditions de l’Islam que l’Envoyé de Dieu –sal Allahou ‘alayhi wa salam- a recommandées. Il a en effet dit : « O jeunes gens, que ceux d’entre vous qui sont capables d’avoir des rapports sexuels se marient. L’union conjugale est la meilleure condition de la chasteté du regard et la préservation du sexe. Si l’on ne peut se marier, on devra pratiquer le jeûne, cela calmera l’ardeur » [Boukhary, Mouslim, Abou Daoud, At-Tirmithy, An-Nasaï, Ibn Maja]

 

-         Les bienfaits du mariage :

 

1-    Le mariage crée un bon milieu, dans lequel il y a consolidation de la famille, échange de l’amour, chasteté de l’âme et sa protection contre l’illicite.

2-    Le mariage est le meilleur moyen de la procréation et du développement de la démographie tout en protégeant les filiations légitimes.

3-    Le mariage offre le meilleur moyen de satisfaire les besoins sexuels et la sûre protection contre les maladies (sexuellement transmises)

4-    Dans le mariage il (y a) satisfaction de l’instinct paternel et maternel qui s’épanouit avec l’existence des enfants.

5-    Dans la vie conjugale il y a apaisement, quiétude, chasteté, préservation de la sexualité du couple, etc.

 

-         Définition :

 

Littéralement, le mariage –nikâh- signifie la copulation et l’union entre deux choses. Ce terme est aussi employé pour désigner le contrat (de mariage). Selon la terminologie religieuse, c’est un contrat dans lequel on tient compte globalement du vocable : « je te donne en mariage » ou « je te donne comme conjoint ». L’objet du contrat est un service de jouissance réciproque ou de liaison ou d’association.

 

La première question

Les conditions de validité de l’acte de mariage et son statut

 

(1) Statut du mariage :

 

Le mariage constitue une tradition pour celui qui a des désirs sexuels mais qui, quand même, ne craint pas de tomber dans l’adultère, alors que c’est une obligation pour celui qui craint de tomber dans ce péché.

La religion l’autorise à celui qui n’a pas de désirs sexuels comme celui (ou celle)  affligé d’impuissance sexuelle –‘innîn- ou un vieillard.¨

La loi l’interdit dans un pays en guerre avec les musulmans –dâr harb- quand il n’y a pas nécessité majeure.

 

(2) Mode de conclusion du mariage :

 

Le mariage se conclue par tout terme qui le désigne avec n’importe quelle langue. Le tuteur dira par exemple : « Je te donne en mariage » ou « Je te donne pour épouse », le mari ou son représentant dira : « Me voici marié » ou « J’accepte ».

Il est souhaitable de le faire en langue arabe, sinon celui qui ne la connaît peut le faire avec sa langue.

 

(3) Les éléments du contrat de mariage qui constituent des piliers :

 

Pour être conclu, tout mariage suppose :

 

1-    L’offre –îjâb- du tuteur matrimonial, ou de son représentant qui dit : « Je te donne en mariage –inkâh-«  ou « Je te donne pour épouse –tazwîj » ». Ces deux vocables (inkâh et tazwîj) sont prononcé par celui qui connaît la langue arabe parce que ce sont les termes utilisés par le Coran, comme dans le verset suivant : « Epousez –inkihû- ce qui vous plaira d’entre les femmes » [Coran, IV, 3]

2-    L’acceptation –qabûl- du mari, ou de son représentant, qui doit dire : « J’accepte » ou « J’accepte ce mariage ». L’acceptation doit être avant l’offre, à moins qu’il n’y ait un contexte [qui permet l’ordre inverse]

 

(4) Les conditions de validité du contrat de mariage :

 

1-    La désignation du couple qui veut se marier.

2-    Le consentement des deux futur époux. Il n’est pas permis de contraindre l’un à se marier avec l’autre. Le consentement de la fille vierge consiste dans son silence, celui de celle qui n’est pas vierge consiste dans une déclaration explicite. Ces conditions ne jouent pas quand il s’agit d’un fou ou d’un aliéné.

3-    Le tuteur matrimonial –walî- : Il doit être de sexe mâle, de condition libre, pubère, doué de raison, habile, honorable, et de confession musulmane. C’est le père de la fille qui a le plus de droit à la donner en mariage, vient ensuite celui qu’il a choisi pour être son tuteur matrimonial, par voie de testament ; puis son grand-père paternel ou, à défaut, l’un de ses ascendants dans la branche paternelle, à quelque degré que ce soit ; puis son fils ou ; à défaut, l’un des descendants de ce fils à quelque degrés que ce soit ; puis son frère germain ; puis celui du côté de son père ; puis le fils de ces deux derniers ; puis le frère germain de son père ; puis celui du côté du père, puis les fils de ces derniers ; puis les plus rapprochés du point de vue parenté, d’elle ; puis le sultan.

4-    Le témoignage : Le contrat de mariage n’est valable qu’en présence de deux témoins honorables, de sexe mâle, responsable de leurs actes.

5-    L’exemption des époux de tout ce qui empêche le mariage.

 

La deuxième question

Actes sunna et actes illicites en rapport avec le mariage

 

-         C’est une sunna de se marier avec une seule femme si on craint de ne pas être équitable (au cas où on se marierait avec plus d’une). Il est de tradition de choisir une femme dévotieuse, étrangère (du point de vue parenté), vierge, féconde et belle.

-         Il est souhaitable pour celui qui désire demande une femme en mariage, de regarder ses parties du corps qu’il n’est pas indécent de voir et ce qui, en elle, le pousse à se marier avec elle, sans se mettre en tête-à-tête avec elle, pour que tout soit clair dans son affaire. A la femme également de regarder celui qui désire la demander en mariage.

-         S’il n’a pas réussi à la voir, il peut lui envoyer une femme honorable qui la dévisagera et la lui décrira.

-         Nul n’a le droit de demander en mariage une femme déjà demandée par son frère, à moins que ce dernier n’y renonce.

-         Il est interdit de demander explicitement en mariage une femme qui observe une retraite de continence à cause de la mort du mari, ou une femme définitivement répudiée –mubâna-. Il est toutefois permis de lui faire comprendre par allusion, en lui disant par exemple : « C’est ce genre de chose que je désire », et elle a le droit de répondre : « personne ne peut te refuser » ou des expressions analogues.

-         Il est permis à celui qui a répudié une femme, d’une répudiation définitive –bâ’in-, de la demander explicitement en mariage, ou de s’en tenir ou sous-entendu, pendants sa retraite de continence, à condition que le nombre de répudiations soit moins de trois fois.

-         Il est interdit de demander explicitement en mariage, ou de le faire par allusion, une femme répudiée sur laquelle son mari peut exercer un droit de reprise, pendant sa retraite de continence.

-         Il est de tradition de conclure le contrat de mariage l’après-midi du vendredi, car c’est le moment de l’exaucement des invocations. C’est aussi sunna qu’il soit conclu dans la mosquée si c’est possible.

 

 

Source : « Jurisprudence simplifiée », Cheikh Salih Ben Ghanim As-Sadlan, Edition Sana, pp. 256-264 –uniquement page paire-

Commenter cet article

Umm-Houmeyra 18/09/2010 14:18


As salamou 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh,

Puisse Allah Vous récompenser pour le bien que vous diffusez par vos articles en vous ouvrant les portes de Sa Miséricorde et de Son Paradis, Soubhanaho...

3afwan mais je crois que l'adresse e-mail que vous m'avez fourni ne fonctionne pas donc je vous poste la fatwa ici InshaAllah:

BismiLahi aR-Rahmani aR-Rahim:

As salamou 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh,

Voici la fatwa concernant le fait de conclure le contrat de mariage à la mosquée inshaAllah:

Question au comité permanent des savants: (P 154-155)

-Dans notre ville beaucoup de jeunes se posent la question de savoir si se marier à la mosquée est une sunna ou une innovation (bid'a)? Il y a un hadith où il est dit "Annoncez le mariage et faites
le dans la mosquée.E t jouez du tambourin à cette occasion".Nous voulons connaître l'authenticité de ce hadith et plus particulièrement la phrase "faites le dans la mosquée".Est-ce que le fait de
le faire dans une mosquée est une sunna ou une innovation? Nous voulons également savoir quels sont les noms de ceux qui figurent dans la chaîne de transmission du hadith. L'Imam Tirmidhî mentionne
dans le livre fiqh sunna que le hadith est bon (hasan). En espérant que vous apporterez une réponse à cette question pour que les gens puissent en connaître clairement le statut, vu qu'ils
célèbrent le mariage dans les mosquées et considèrent que cela fait partie d'une sunna du Prophète salallahou 'alayhi wa salam.



Premièrement: Le hadith est rapporté par Tirmidhî avec sa propre chaîne de transmission dont les noms sont les suivants: Ahmad ibn Manî', Yazîd ibn Hârûn, 'Îsa ibn Maymûn al Ansârî, d'après al
Qâssim ibn Muhammad, d'après Aicha radi Allahou 'anha qui a dit: le Prophète salallahou 'alayhi wa salam a dit: "Annoncez ce mariage, faites le dans la mosquée et jouez du tambourin à cette
occasion". Ensuite il a dit: "c'est un hadith gharîb hasan à ce sujet et 'Îsa ibn Maymûn al Ansârî est considéré comme faible dans la narration des hadiths alors que 'Îsa ibn Maymûn qui rapporte
des propos relatifs à l'éxégèse du Coran d'ibn abî Najîh est une personne fiable (thiqa)".Bayhaqî a également rapporté ce hadith avec une chaîne de transmission incluant Khâlid ibn Ilyas mais on ne
peut absolument pas se fier à ce dernier.


Deuxièmement: La religion incite à faire annonce du mariage. Quand au fait que le contrat de mariage ait lieu à la mosquée , ce n'est pas une sunna. Et le hadith évoquée à ce sujet n'est pas un
argument puisqu'il est faible à cause de la présence dans sa chaîne de transmission de 'Îsa ibn Maymûn al Ansârî et Khâlid ibn Ilyas.

Et la réussite n'est due qu'à Allah. Et qu'Il prie pour son Prophète salallahou 'alayhi wa salam le salue ainsi que les membres de sa famille et ses compagnons.

(Extrait du livre "Le guide du mariage", (En Questions/Réponses par les plus grands savants: Al Abani, Al Fawzan, Al 'Uthaymin, Ibn Baz, Muqbil, As-Sa'di... aux éditions Dar Al Muslim))


Wa Allahou a3lam.

As salamou 'alaykoum wa rahmatullahi wa barakatouh.


Umm-Humeyra 05/09/2010 20:13


as salamou 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouhu,

BarakAllahoufikoum pour tous vos efforts à vouloir propager notre belle religion, wal hamduliLah.

Je voulais intervenir en ce qui concerne le dernier point, c'est à dire le fait de faire le contrat de mariage à la mosquée, se serait une sunna...En revanche on trouve dans l'ouvrage "le guide du
mariage" en question réponse qu'au contraire c'est une bidaa.La question est posée au comité de l'Ifta p154.Le hadith serait da'if.Allahou a3lam.Wa BiLah at-tawfiq.
As salamou 'alaykoum wa rahmaotullah.


Rappel01 10/09/2010 21:59



wa 'aleykoum salam wa rahamtoullah wa barakatouh


wa fiki al barakah, c'est avec grand plaisir


si vous avez le temps de recopier la fatwa, je me ferai une joie de la publier sur le site


Merci de l'envoyer à l'adresse suivante: rappel01@mail.com


 


QU'Allah vous récompense