Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mention du récit de Safiyya Bint Houyey Ibn Akhteb Ennadhriyya

Publié le par Oum_Chaïma

Mention du récit de Safiyya Bint Houyey Ibn Akhteb Ennadhriyya

Ibn Kathîr


A l'origine de cela, il y avait l'expulsion des juifs des Banou Ennadhîr de Médine, par le Prophète (Sallalahou alayhi wa salam), comme nous l'avons vu plus haut. La plupart d'entre eux s'établir à Khaïbar, parmi eux Houyey Ibn Akhteb et Banou Abî El-Houqayq. Ils étaient les plus nobles et les plus riches d'entre les juifs. Saffiyya était, à cette époque là, une fille impubère. Arrivée à l'âge de se marier, elle fut épousée par l'un de ses cousins. Quelques jours après son mariage, elle vît en rêve comme si la lune venait de tomber dans son giron. Elle raconta son rêve à son époux qui la gifla en lui disant: "Tu souhaites que le roi de Yathrib soit ton époux!".
 
Lorsque le Prophète (Sallalahou alayhi wa salam) fit le siège de Khaïbar et conquit ses forteresses, Safiyya fut du nombre des captifs. Son époux, lui, fut parmi les morts.
 
Une fois que le Prophète (Sallalahou alayhi wa salam) l'eut affranchie et épousée, il vit la trace de la gifle donnée par son époux sur sa joue. Il lui en demanda la raison, et elle lui raconta son rêve.
 
El-Boukhârî ajoute: "Il nous a été rapporté d'après Houmayd d'après Anas qui a dit: " Le Prophète (Sallalahou alayhi wa salam) a fait halte entre Khaïbar et Médine, pour consommer son mariage avec Safiyya. Il y est resté trois jours. J'ai invité les musulmans à un repas où il n'y avait ni viande ni pain. Le Prophète (Sallalahou alayhi wa salam) a seulement demandé à Bilâl d'étendre un voile et d'y mettre des dattes, du fromage et du beurre. Les musulmans se mirent à dire alors au sujet de Saffiya: "Est-elle une mère des croyants ou une concubine?". Ils ajoutèrent: "S'il la voile, elle sera une mère des croyants, et s'il la laisse telle quelle, elle est une concubine". En reprenant le chemin du retour, il la prit en croupe et étendit sur elle un voile".
 
Abou Dâoud a dit de son côté: "Il nous a été rapporté d'après 'Abd El-'Azîz Ibn Suhayb d'après Anas qui a dit: "Lorsque les captifs furent rassemblés à Khaïbar, Dahiyya El-Kalbî vint voir le Prophète (Sallalahou alayhi wa salam) et lui demanda une esclave parmi les captives. Il lui dit: "Va et prends-en une". Il prit alors Saffiyya Bint Houyey. Par la suite, un homme vint voir le Prophète (Sallalahou alayhi wa salam) et lui dit: "Ô Messager d'Allah, tu as donné à Dahiyya, Saffiyya la maîtresse des Banou Quraydha et des Ennadhîr. Or, elle n'est digne que de toi!". Le Prophète (Sallalahou alayhi wa salam) demanda alors à Dahiyya de venir avec Safiyya. En la voyant, le Messager d'Allah (Sallalahou alayhi wa salam) dit à Dahiyya: "Prends une autre femme". Le Prophète (Sallalahou alayhi wa salam) l'affranchit ensuite et l'épousa".

 

El-Bayhaqî a rapporté d'après Nâfi' d'après Ibn 'Omar selon lequel Safiyya a dit: "Le Messager d'Allah (Sallalahou alayhi wa salam) était le plus exécrable des gens à mes yeux, parce qu'il avait tué mon époux et mon père. Mais il n'a cessé de se justifier en me disant: "Ton père a ameuté les Arabes contre moi, et il a fait ceci et cela ...", jusqu'à ce que je ressentais pour lui, ait fini par disparaître".

 

Ibn Ishâq a dit: "Lorsque le Prophète (Sallalahou alayhi wa salam) finit par conquérir la forteresse d'El-Qamoûs, qui appartenait aux Banou Abî El-Houqayq, il y trouva Safiyya Bint Houyey ainsi qu'une autre femme. Bilâl les emmena et les fit passer devant des hommes morts parmi les gens de Khaïbar. Lorsque la femme qui était avec Safiyya vit ces morts, elle se mit à hurler, à se griffer le visage et à jeter de la terre sur sa tête. En la voyant, le Prophète (Sallalahou alayhi wa salam) dit: "Eloignez de moi cette diablesse!". Il ordonna ensuite que Safiyya soit placée derrière lui et il lui mit son manteau. Les musulmans surent alors qu'il venait de la choisir pour lui".

 

Le Prophète (Sallalahou alayhi wa salam), ajoute Ibn Ishâq, a dit à Bilâl, en voyant le comportement de cette juive: "Ô Bilâl, la miséricorde a-t-elle été extirpée de ton coeur, au point de faire passer deux femmes devant les morts de leur peuple!".

 

Ibn Ishâq ajoute: "Le Prophète (Sallalahou alayhi wa salam) a assigné les gens de Khaïbar dans leurs forteresses El-Watîh et Essulâlim jusqu'à ce que, convaincus de leur défaite, ils demandèrent à se constituer prisonniers et à préserver leur vie. Le Prophète (Sallalahou alayhi wa salam) accepta leur demande. Il (Sallalahou alayhi wa salam) avait pris toutes leurs forteresses, à l'exception des deux précitées. C'est pourquoi lorsque les gens de Fadak apprirent ce que le Prophète (Sallalahou alayhi wa salam) venait de faire avec eux, ils lui envoyèrent un émissaire pour qu'il épargne leur vie en contrepartie de leurs biens qui seraient pris comme butin. Il accepta cela. L'émissaire qui se chargea des pourparlers entre les deux parties était Mouhayyasa Ibn Mass'oud, le frère des Banou Hâtiha.

 

Lorsque les habitants de Khaïbar se soumirent à cela, ils demandèrent au Prophète (Sallalahou alayhi wa salam) de les laisser travailler leurs terres en se partageant la récolte en deux moitiés. Ils lui dirent: "Nous connaissons mieux que vous ces terres et nous sommes plus en mesure de les travailler". Il conclut donc un traité avec eux sur la moitié, à condition de les en déloger lorsqu'il le voudrait. Il fit le même traité avec les gens de Fadak".

 

Titre: As-Sîra La Biographie du Prophète Mohammed (Sallalahou alayhi wa salam)
Auteur: Ismaïl Ibn Kathîr
Pages: Page 691 à 693
Edition: Universel
Retranscription: Oum_chaïma

Site : www.rappel01.fr

Acheter le livre en ligne : www.daralmuslim.com

Commenter cet article